Partagez | .
 

 "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Wilhelm Feigel
✗ Clandestin



Féminin

■ topics : FERMÉS
■ mes posts : 234
■ avatar : Mathieu Amalric
■ profession : Directeur de la Continental Films et responsable de la Propagande cinéma

PAPIERS !
■ religion: Protestant par naissance et par habitude
■ situation amoureuse: Officiellement célibataire, officieusement pas insensible aux jolis minois de tous bords...
■ avis à la population:

MessageSujet: "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel   Dim 8 Mai - 18:12


Wilhelm Feigel
Mathieu Amalric



Etat-civil
♠ Groupe : Forces d'occupation
♠ Âge du personnage
41 ans
♠ Nationalité
Allemande
♠ Etat civil
Célibataire
♠ Religion
Protestante - pratique davantage par conformisme que par foi réelle...
♠ Profession
Chargé du groupe cinéma de la Propaganda, responsable de la Continental Films.


Interrogatoire

♠ A-t-il des manies ou des tics ? Wilhelm fume, et il est fréquent de le trouver dans son bureau transformé en aquarium sous les volutes d'épaisse fumée grise.
Il est fréquent qu'il cesse un moment d'écouter son interlocuteur pour plonger dans Dieu sait quelles sombres pensées. Lorsque son infortuné vis-à-vis se rend compte de son inattention, il s'excuse en balayant ces rêveries d'un revers de la main. Beaucoup de ses collègues ont appris à le connaître et à faire avec ; mais si ces accès d'inattentions sont volontaires ou non, nul ne le sait...

♠ Son livre préféré ? Wilhelm a été abreuvé dès son enfance de littérature romantique allemande. Il connaît très bien Novalis ou Heine, bien qu'il ne lui viendrait à présent plus à l'idée à personne de continuer à lire cet auteur juif - converti, mais Juif tout de même, diront certains - dont les textes ne sont évidemment pas des mieux accueillis en Allemagne dans les années 1930-40. La littérature en langue de Molière est également familière à cet Allemand pétri de culture française ; comme la majorité de sa génération, il a cependant su garder ses distances avec les Lumières françaises autant qu'avec des auteurs comme Victor Hugo, jugés bien trop révolutionnaires.
Les intérêts de Wilhelm Feiger le portent plus encore vers la philosophie, et s'il devait n'emporter qu'un seul livre avec lui en France, peut être aurait-ce été du Nietzsche, dont la prose, en plus de le distraire, est assez en phase avec son cynisme et la légèreté apparente de son personnage.

♠ Son lieu préféré dans Paris ? L'île de la Cité. Wilhelm Feigel se plait dans un lieu si chargé d'histoire et ne se lasse pas des arcades gothiques de Notre-Dame.

♠ Aime-t-il sortir et où ? "Seules les pensées que l'on a en marchant valent quelque chose." Tout se passe comme si Wilhelm Feigel tentait d'obéir scrupuleusement à cet aphorisme nietzschéen, et il est très fréquent de le croiser à l'extérieur, dans les parcs ou sur les grands boulevards. Il a aussi un faible pour les mondanités et se fait rarement prier pour se rendre à l'une ou l'autre soirée organisée par l'un de ses compatriotes ; il y affecte alors une préciosité qui contraste avec les manières parfois négligées qu'il adopte sur son lieu de travail.

♠ Comment vit-il les restrictions et les privations ? Restriction ? Quelles restrictions ? Il va de soi que chacun doit prendre sur soi en tant de guerre. Par chacun, comprenez : "les Parisiens lambda."

♠ Son avis sur les Allemands et l'occupation ? La guerre n'est jamais que la continuation de la politique par d'autres moyens et, ici comme ailleurs, il y aura toujours des dominants et des dominés. Wilhelm Feiger se félicite de s'être rangé du côté des vainqueurs ; d'ailleurs, l'Allemagne et les Allemands en valent réellement la peine. Une grande patrie, un grand peuple lettré et dont l'idéologie nazie s'est très facilement réapproprié l'imagerie mythologique. Et elle aurait eu tort de s'en priver. Cela n'enlève rien à la richesse du patrimoine français que Wilhelm est le premier à défendre. Toutefois, en les temps qui courent, il est avantageux d'être né du bon côté du Rhin.

♠ Son avis sur les juifs ? Pas de haine furieuse et opiniâtre envers le peuple juif chez ce membre de la Propaganda Abteilung qui se contente - certes, c'est déjà beaucoup - de souscrire plus ou moins tacitement à l'imagerie infamante véhiculée par l'idéologie nazie sur le compte "du Juif". Un antisémitisme de convenance ou de circonstance, dira-t-on. Du reste, Wilhelm n'a jamais réellement commerce avec ces gens-là. Son sentiment à leur égard oscille donc entre mépris et indifférence.

♠ Son avis sur les manifestations ? Regardons ces Parisiens s'escrimer dans le rue, enfonçant des portes ouvertes et quête d'une hypothétique amélioration de leur quotidien ! Regardons les pour mieux en rire... car si Wilhelm Feigel laisse parfois planer le doute sur son adhésion peine et entière à l'idéologie, on ne pourra nier le fait qu'il est un véritable conservateur. Il regarde les événements d'un oeil indifférent et vaguement amusé. Les manifestations ne sont pour lui que politique de boulevard, et la rue ne fera jamais la loi.

♠ Son avis sur le gouvernement de Vichy et la politique de collaboration ? Ces Français sont tout de même un peuple amusant. Qu'ils aient résisté, lutté jusqu'à la fin pour leur liberté, cela, Wilhelm aurait pu le comprendre, mais il a davantage de difficultés à saisir la facilité avec laquelle la France semblait avoir ouvert ses portes à son voisin. Regardant les événements de 1940 d'un oeil lointain, tout lui avait semblé se dérouler avec une simplicité désarmante. Mais après tout, peut être les Français n'avaient-ils écouté que leur bon sens et fait la seule chose qui pouvait être faite...?


Qui suis-je ?

☆ Prénom/Pseudo ?
Coupie
☆ Age ?
19 ans
☆ Etude/Travail ?
Classes préparatoires littéraires (mais c'est bientôt fini =P)
☆ Où as-tu connu YT ?
Tout simplement par google, je crois ^^'
☆ Un truc à nous dire ?
Comme je l'ai déjà dit avant de m'inscrire, joli forum ;)




Dernière édition par Wilhelm Feigel le Sam 21 Mai - 20:03, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wilhelm Feigel
✗ Clandestin



Féminin

■ topics : FERMÉS
■ mes posts : 234
■ avatar : Mathieu Amalric
■ profession : Directeur de la Continental Films et responsable de la Propagande cinéma

PAPIERS !
■ religion: Protestant par naissance et par habitude
■ situation amoureuse: Officiellement célibataire, officieusement pas insensible aux jolis minois de tous bords...
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel   Dim 8 Mai - 18:12


Eine schöne Geschichte

Was mich nicht umbringt, macht mich stärker.



"Et maintenant sur Radio Paris, une chanson de Maurice Chevalier qui interprétera..."

La radio semblait tourner à vide dans le vaste bureau de la Propaganda. Son propriétaire disparaissait derrière le nuage de fumée filtrant de sa cigarette qui se consumait, mais plus encore derrière une pile de dossiers d'un désordre inhabituel. Wilhelm Feigel avait prodigieusement changé ses habitudes en une petite décennie. De dispersé et brouillon, il était devenu méticuleux et ordonné, même s'il arrivait encore, en des jours comme celui-ci, de ne pouvoir réprimer un éthos qu'il croyait révolu.

Le responsable Cinéma de la Propaganda Abteilung parcourut une fois de plus la pile de papiers administratifs, lentement. Il cherchait le dossier où il classait tout ce qui touchait aux projets cinématographiques de la réalisatrice Agnès Doliveux. Il avait besoin de vérifier un détail sur son compte. Mais qui commence à remuer de vieux dossiers doit s'attendre à tomber sur des documents riches en souvenirs et en images du passé. Feigel conservait dans un tiroir un cahier où il avait collé des coupures de presse et autres chroniques relatant la sortie en Allemagne des films les plus marquants. Il s'était emparé du cahier d'un air songeur, en ouvrant la première page.

1916. Intolérance, de Griffith. Son premier long métrage visionné au cinéma. Il avait quatorze ans. Il est tout de même amusant que cet homme qui, quelques années plus tard, prendrait sa carte au NSDAP, découvre le cinéma par un film s'attachant à montrer "the struggle of love", la lutte de l'amour contre l'intolérance à travers les âges. Une grande fresque historique, quatre récits différents. Des travellings, des gros plans, des milliers de figurants. Quatorze ans. Où Feigel était-il, à quartorze ans ?

1916. La Grande guerre bat son plein, et le pays voit tous ses hommes en âge de combattre quitter les villes et partir pour le front. Le jeune Wilhelm paraît pourtant bien éloigné de ces préoccupations, continuant à fréquenter son Gymnasium à Potsdam, encouragé de loin par son père August. August Feigel, détenteur d'une chaire de philosophie à la prestigieuse université de Berlin, y possède un appartement où il vit en semaine pendant que sa famille demeure dans un environnement plus bucolique, une vaste demeure dans la campagne de Potsdam. Si la Grande guerre perturbe le quotidien de la famille, ce n'est que par les fréquentes alertes liées aux bombardements et par une certaine résurgence d'un patriotisme teutonique dans la famille... Mais depuis la découverte d'Intolérance sur grand écran, les cours élémentaires sont rythmés par des après-midi passés au cinéma de temps à autre ; des courts métrages, des productions allemandes ou françaises, des actualités cinématographiques, bobines bien oubliables en somme, mais que voulez-vous ? La simple image animée peut suffire à subjuguer.

Après l'Armistice, Wilhelm semble suivre les traces d'August et entre en philosophie à l'université de Berlin. Ni un choix pleinement assumé, ni une contrainte parentale, mais cette voie lui est pourtant apparue de manière évidente. La question ne se posait même pas. Et Wilhelm ne le regrettera jamais. Il s'habitue rapidement au voisinage de Hegel, de Kant, de Descartes, et plus encore de Nietzsche. Ils l'accompagneront toute sa vie, tels d'ambigus amis toujours prêts à lui susurrer à l'oreille moult pensées contradictoires...

1922 - Nosferatu, de Murnau, sort sur les écrans berlinois. Il vient d'être produit aux studios de la UFA, encore peu connus. Ce vampire blafard fascine Wilhelm qui ne peut s'empêcher de faire le parallèle avec le "das" freudien, "das Anderes". Wilhelm fréquente les cinémas avec une assiduité toujours plus empressée, vivant au rythme du piano qui accompagne toujours les images muettes. L'année suivante, en plus de ses études, il trouve un emploi à la UFA qui tourne aux studios Babelsberg, à Potsdam, et assiste au tournage des Niebelungen, grande fresque mythologique réalisée par Fritz Lang. Voyez Fafnir, le dragon de la saga nordique, incarné à l'écran par une immense marionnette devant être manœuvrée par plusieurs hommes... eh bien, le jeune étudiant en philosophie fait partie des techniciens qui se trouvent dans ce dragon. Technicien, le mot est un peu fort pour Wilhelm qui ne possède aucune compétence technique et se contente d'exécuter les menus travaux qu'on veut bien lui confier ; cependant, la seule joie d'assister aux tournages des futurs chefs-d'oeuvre de Fritz Lang, Murnau, et de nombreux autres, suffit à le réjouir. Son père ne voit naturellement pas cette nouvelle fantaisie d'un très bon oeil : Wilhelm n'a aucun besoin de cet emploi pour vivre et le temps qu'il y consacre tend à empiéter sur son temps d'étude, alors même qu'August avait cru voir en lui son digne successeur.

Ce mécontentement ne manque pas de s'accroître quand Wilhelm Feigel prend la décision d'interrompre définitivement ses études. Choix que ne lui pardonnera jamais son père, qui aura toujours l'impression d'un gâchis irrémédiable. Impression en partie justifiée, peut être : Wilhelm n'avait pas cessé d'apprécier la philosophie et éprouvera ensuite quelques scrupules à avoir renoncé à tout ce que lui offrait cet intérêt. Mais que voulez-vous, ce qui est fait est fait.

Malgré les différends croissants qu'il entretient avec August, l'autorité intellectuelle de celui-ci ne manque pas de servir les intérêts de son fils, qui gravit les échelons de l'entreprise avec une rapidité inhabituelle.

_____________

Feigel tira sur une cigarette déjà presque entièrement consumée et expira lentement. Il revoyait ces immenses toiles peintes avec génie par Erich Kettelhut, dans un style futuriste et monumental. Il en planifiait la production ; elles devaient toutes être prêtes à temps et portées aux bons endroits. Et il revoyait le robot, cet androïde au regard vide et pourtant hypnotique où se glissait Thea.

1927. Feigel est assistant de production sur le tournage de Metropolis ; sans fréquenter directement Lang, déjà considéré comme un maître, il a un rôle technique non négligeable dans ce qui deviendra l'un des films les plus estimés de l'histoire du cinéma. Quant à son message politique, il ne sait trop qu'en penser. Tout cela à tout de même un arrière plan très internationaliste et prolétarien qui ne séduit plus le producteur depuis longtemps. Il a bien eu quelques élans d'un idéalisme vaguement révolutionnaire bien avant ses dix huit ans, mais cela fit long feu, et à vingt-cinq ans, et ce depuis plusieurs années, le jeune philosophe était nettement revenu de ces belles espérances pour s'engouffrer dans une indifférence amusée à l'égard de la politique. S'il pouvait l'admirer, cette Politique, ce n'était certainement pas celle qui s'incarnait à Weimar, cette république par défaut hâtivement formée après la guerre. Pourtant, cela recommençait peu à peu à l'intéresser. C'est même peut être à partir de cette année-là que Feigel a tenté de se trouver une véritable identité politique.

Cette identité, il ne croit pas spontanément la trouver dans le National Socialisme. Mais l'organisation grandissant et gagnant en influence, il commence à s'intéresser à ses activités. Mine de rien. De loin. Et à se dire que, tout compte fait, le tout était peut être que la situation change, et que ce qui n'avait d'abord semblé n'être qu'une troupe d'excités en uniforme pourrait bien, dans un futur proche, être l'acteur de ce changement.


30 Janvier 1933. Adolf Hitler est appelé comme chancelier allemand.
Wilhelm Feigel n'a cessé d'observer ce qui se passait du côté du parti. Quelques mois après les débuts du IIIème Reich, il obtient sa carte au NSDAP. Comment est-il passé de cette distance manifeste qu'il avait l'habitude d'entretenir avec la "politique politicienne", a cet engagement volontariste auprès du pouvoir ? Est-ce par conformisme ? Peut être. Ou serait-ce par souci de se placer "du côté des vainqueurs", par opportunisme ? C'est en grande partie cela. Ou serait-ce encore par opposition avec les positions politiques récemment prises par son père, défenseur de la démocratie qui regardait de plus en plus vers ce que l'on pourrait appeler un "hégélianisme de gauche", et qui fut pour cela rapidement destitué de sa chaire de philosophie par les autorités nazies, sans cependant être outre mesure inquiété ? Il y a de cela aussi. Toujours est-il que les faits sont là, et que Wilhelm Feigel n'est jusque là pas revenu sur ses engagements pris au parti.

___________________________

Feigel écrasa sa cigarette sur un cendrier encore propre, appuyant sur le mégot en effectuant quelques demi cercles pour l'éteindre. Méticuleusement. Il n'aimait pas particulièrement ces moments où des souvenirs des années trente lui revenaient. C'en était parfois entêtant. A cette époque, sa vie était rythmée par les réunions de la UFA, les tournages et les sorties de films à Berlin. Et quelques réunions partisanes qui, au début, ne l'avaient pas toujours intéressé, mais  auxquelles il s'était habitué à aller, régulièrement. Une manière d'apporter l'assurance renouvellée de sa bonne volonté. Et se tenir au courant des mesures publiques prises par le régime, surtout en ce qui concerne la culture, mais aussi les préparatifs de guerre. Il faut dire qu'il en fut rapidement assez ouvertement question. De toute façon, les moyens militaires que le gouvernement avait mis en oeuvre ne trompaient personne. Wilhelm avait un moment craint d'être mobilisé. Le personnage secoua la tête avec un rictus amusé en s'imaginant parader en uniforme. L'expérience n'eût pas été trop déplaisante en soi s'il avait pu être sûr qu'elle ne durerait pas. Pourtant, son intuition lui suggérait le contraire. Wilhelm balaya le souvenir d'un revers de la main. Bientôt, ses souvenirs le ramenèrent aux bureaux de la UFA, dans les années trente.

1935. Pour ce qui est de sa carrière, il faut avouer que son adhésion au pouvoir en place l'a bien servi. Après l'application rapide de la politique antisémite aux studios et la démission de plusieurs hommes bien placés, Feigel est nommé directeur de production. L'un des postes les plus importants à la UFA. Evidemment, il prend la place d'un autre. Il n'en ressent pas particulièrement de remord. Que voulez-vous ? das Leben ist ein Spiel. A la UFA, les visages ont changé. On ne saurait produire les films de cinéastes Juifs ou aux tendances politiques discutables. D'ailleurs, l'offre en salle est aussi un peu réduite. Plus moyen de trouver ces étonnants films de l'avant garde soviétique. C'est compréhensible, mais dommage en un sens. Feigel ne l'avouerait pour rien au monde, mais il les appréciait pour leur profondeur esthétique. Pas de réelle restriction en revanche sur le cinéma français. Le directeur de production de la UFA a un emploi du temps surchargé, mais prend tout de même de temps d'aller visionner de temps en temps une de ces adaptations littéraires françaises de studio... c'est toujours un peu semblable, mais cela possède un charme infini à ses yeux.

Les années trente. Années de grande richesse cinématographique en France. Feigel se souvient très bien de Quai des Brumes. Il se souvient aussi de la Règle du Jeu, un an plus tard. Détesté en France, si l'on en croit les quelques échos qu'il a pu en avoir dans les journaux français qu'il commençait à lire, vers cette époque. Car Feigel a appris le français, durant ses années estudiantines. Les journaux lui servent à s'y exercer ; il ne lit que les pages "cinéma". Que les Français aient rejeté le film de Renoir en 1939, c'est compréhensible, au vu de la violence de la charge qu'il mène contre la haute bourgeoisie française. Plutôt distrayant, pour un Allemand tel que Feigel, à l'entrée en guerre ; cela avait de quoi satisfaire son cynisme politique, jusqu'à le faire pardonner momentanément à Renoir ses orientations politiques forcément jugées comme douteuse du point de vue d'un membre du NSDAP.

_________________________________

Wilhelm Feigel se rassit à son bureau, après avoir fait les cent pas autour de celui ci. Une manie. Il songeait qu'au moment où il avait vu ce film de Renoir - le dernier qu'il avait vu de lui, d'ailleurs, car le cinéaste s'était empressé de fuir le pays au début de l'Occupation. Sans doute à raison ; Feigel regrettait la perte d'un tel talent, mais il n'aurait de toutes façons jamais été exploitable d'un point de vue idéologique, et pour Feigel, il eût été dommage de devoir user des méthodes parfois peu réjouissantes de ses collègues pour tenter vainement de le rallier à la bonne cause. Au moment de La règle du jeu, donc, les deux pays étaient déjà engagés dans la guerre. Pour Feigel, cela n'avait pas changé grand chose. Il avait continué à travailler sur ce nouveau projet de Riefenstahl, et sur quelques autres. Le véritable changement n'avait eu lieu qu'un an plus tard.

14 Juin 1940. Les Allemands entrent dans Paris. Feigel ne sait pas encore que quelques mois plus tard, il y rejoindrait ses compatriotes. Il est d'ailleurs loin de le projeter, attentif au travail qui lui est confié à la UFA. Pourtant, Paris n'est pas dénuée d'attraits à ses yeux, bien au contraire. Sa cinéphilie l'a aussi rendu francophile, et que voulez-vous ? La France, c'est aussi Baudelaire, Bizet, Nicolas Poussin, et tant d'autres.

Septembre 1940. Le directeur de production de la UFA reçoit un courrier officiel provenant de Joseph Goebbels. Celui-ci lui annonce la création de la Continental-Film, société de production bilatérale franco-allemande, dans le cadre d'un prochain "rapprochement" avec la France rendue possible par la politique fort conciliante des autorités de l'Hexagone. Encore une idée brillante du Ministre de la Propagande : jouer sur le développement du cinéma français tout en y impliquant le Reich à l'échelle de la production, les films étant réalisés par des cinéastes français sur le territoire français. Une manière de valoriser ce cinéma tout en y exerçant un contrôle certain. Mais le plus important, pour le directeur de production de la UFA, est ce qui suit cette information : il est en effet proposé à Wilhelm Feigel de prendre la tête de cette future organisation. A cela s'ajouterait un poste important au sein de la Propaganda Abteilung parisienne : celui de responsable cinéma. La proposition est alléchante, et Feigel s'empresse de l'accepter, sans même réellement prendre le temps d'en étudier les tenants et aboutissants. Il n'avait pas songé aux difficultés que pouvait représenter le fait d'occuper ce poste pour un francophile tel que lui ; car la Continental, du point de vue allemand, a tout de même une vocation de contrôle davantage que d'encadrement bienveillant de l'industrie cinématographique française dans une perspective artistique.

_________________________________

Ce souvenir arracha un sourire à Feigel. En somme, il avait décidé de partir à Paris aussi soudainement qu'il avait résolu d'interrompre ses études. Ce côté impulsif l'avait suivi jusqu'à là.

Feigel prit ses quartiers dans les bureaux de la Propaganda Abteilung, à l'hôtel Majestic. Du reste, il lui fut proposé de vivre dans un des appartements du XVIème réquisitionné à cet effet. Le directeur de la récente Continental ne pouvait que s'y plaire. Malgré un emploi du temps fort occupé, il se construisit rapidement une routine parisienne ponctuée de sorties en solitaires dans une capitale qui n'avait décidément pas fini de lui révéler tous ses secrets, ou de soirées mondaines auxquelles il se rendait de bonne grâce, affectant un air un peu las à chaque nouvelle invitation - "les affaires, toujours les affaires" -, mais prenant en fait beaucoup de plaisir à s'acquitter de ces "obligations professionnelles". On y fait des rencontres intéressantes, et parfois charmantes ; il suffit pour le prouver de songer à la jeune Mathilde Coste, secrétaire de Herr Reinhart Krause, avec laquelle Wilhelm Feigel a rapidement décidé de faire preuve d'une courtoisie et d'une bienveillance toutes particulières, et cela dans un parfait désintéressement. Du moins pour l'instant.

Ces "obligations professionnelles" poussent assez régulièrement le directeur de la Continental dans les cinémas de la capitale, où il se rend aussi de bonne grâce, privilégiant la belle salle du Grand Rex ou le Normandie, mais ne se privant pas de temps en temps d'une excursion incognito dans l'un des nombreux petits cinémas de quartier encore ouverts, sous le prétexte de vérifier la bonne tenue de ces salles ainsi que leur programmation. Feigel se laisse volontiers entraîner au théâtre de temps à autre, et s'y trouve toujours en bonne compagnie.

Aujourd'hui, cependant, Wilhelm Feigel n'est plus ce philosophe excentrique et cynique que l'on aimait parfois voir en lui il y a quelques années. Cela fait assez longtemps qu'il s'est employé à masquer ces aspects de sa personnalité au commun des mortels ; il a appris à dissimuler, et à défendre ses vues au sein même de son propre camp. Il a aussi appris la patience et la discrétion, sans perdre pour autant son caractère affable qui suscite chez autrui une confiance assez rapide en sa personne. Son indifférence amusée à l'égard des événements qui ne le concernent pas tend à se dissiper : le directeur de la Continental a vite compris que tout ce qui se passe sous ses yeux a une chance de le concerner de près ou de loin. Il est utile de savoir que cette jolie cinéaste parisienne qui travaille pour la Continental cache un déserteur chez elle. Utile, de surprendre un jeune homme en pleine conversation avec un individu connu pour sa participation active au marché noir. Avec un peu de d'observation et de tact, on se fait vite des "amis" sur lesquels on pourra compter, dans un futur plus ou moins proche. Il convient d'ailleurs de garder l'oeil grand ouvert, en les temps qui courent : car les lignes sont sur le point de bouger, et Wilhelm le sait. Pas besoin d'avoir assisté à l'attentat des Champs Elysées pour le sentir ; c'était pourtant le cas de Feigel qui, remontant en taxi de la place de l'Etoile, a pu entendre et apercevoir l'explosion. Comme les nombreux officiers présents dans l'avenue pour un quelconque événement qui devait y avoir lieu, il avait bien mesuré les conséquences que cela aurait pu avoir sur l'état actuel des choses et sur sa propre vie, s'il avait été plus proche de quelques centaines de mètres. Paris gronde ; que le changement vienne de ce jeune ambassadeur allemand dont les canines commencent sérieusement à rayer le plancher - en effet, il faudra vraiment garder l'oeil sur Jaeger : l'intuition de Feigel lui souffle qu'il gagnerait à ne pas prendre position pour ou contre lui trop instamment -, ou des Parisiens eux-mêmes, qui sait ? le vent pourrait bien tourner. Et il faudra veiller à aller en son sens.





Dernière édition par Wilhelm Feigel le Sam 21 Mai - 0:01, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elsa Auray
J'ai vu la mort se marrer et ramasser ce qu'il restait.



Féminin

■ topics : OUVERTS
■ mes posts : 5160
■ avatar : Rose Leslie
■ profession : Fausse étudiante, à la tête de la Brigade

PAPIERS !
■ religion: Juive, paraît-il, mais il y a bien longtemps que Dieu n'existe pas pour elle.
■ situation amoureuse: Définitivement de glace.
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel   Dim 8 Mai - 18:32

Et te voilàààà !

Je peux te souhaiter officiellement la bienvenue sur Yellow dance Avec ce personnage tout à fait prometteur, dont j'ai hâte de voir ce que tu vas faire ! Je suis allée relire le PV en plus, et Amalric colle vraiment très bien, bon choix gnhehe

Si tu as des question, n'hésite pas à nous envoyer un MP, les berniques en chef sont à ta disposition gnihi J'ai hâte de te lire ! \o/

₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪


« Gémir, pleurer, prier est également lâche.
Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
Dans la voie où le Sort a voulu t'appeler,
Puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler. »
Alfred de Vigny © .bizzle


team berniques d'eau douce:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wilhelm Feigel
✗ Clandestin



Féminin

■ topics : FERMÉS
■ mes posts : 234
■ avatar : Mathieu Amalric
■ profession : Directeur de la Continental Films et responsable de la Propagande cinéma

PAPIERS !
■ religion: Protestant par naissance et par habitude
■ situation amoureuse: Officiellement célibataire, officieusement pas insensible aux jolis minois de tous bords...
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel   Dim 8 Mai - 23:18

Danke schön Fraulein !
Contente que le choix d'Amalric te convienne =) Je crois que je ne l'ai encore jamais vu sur des forums RP...

Je vais faire de mon mieux pour ce PV, l'histoire est un vrai challenge ! J'espère ne pas la truffer d'incohérence historique facepan

₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪

Il faut porter en soi le chaos pour engendrer une étoile qui danse - Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Edouard Cabanel
✗ Chef de réseau



Masculin

■ topics : OUVERTS
■ mes posts : 2246
■ avatar : Ryan Gosling
■ profession : Ambassadeur de Vichy à Paris

PAPIERS !
■ religion: Ne croit qu'à la politique. Dieu ? ça fait longtemps qu'il n'existe plus, non ?
■ situation amoureuse: Coincé dans un mariage malheureux avec Madeleine Claussat. Trop occupé à cause de son beau-père pour avoir le temps d'aller voir ailleurs.
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel   Lun 9 Mai - 1:34

Je confirme, je trouve que le choix de cet avatar est parfait (et en plus, tu fais preuve d'originalité, c'est tout à ton honneur !)


Bienvenue parmi nous, Coupie !! Superbe choix de personnage (je suis contente de voir la Propaganda se peupler cutevil , je suis certaine que tu vas t'en sortir - au pire, si tu as des questions, n'hésite pas, on est là pour t'aider gnihi. J'ai hâte de te lire !

Tu es en deuxième année de prépa 8D ? (oui l'ancienne prépateuse que je suis se réveille de temps en temps, rien de grave mdr ). Bon courage pour la fin de ton année, au passage


A très vite en tout cas, au plaisir de te lire !

₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪


« On peut trouver du bonheur
même dans les endroits les plus sombres.
Il suffit de se souvenir
d’allumer la lumière »
J.K. Rowling © .bizzle


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Irina Smolenski
◆ Sous-fifre ◆



Féminin


■ topics : OUVERTS
■ mes posts : 194
■ avatar : Lara Pulver
■ profession : Secrétaire de Guillaume Vial

PAPIERS !
■ religion: Orthodoxe
■ situation amoureuse: Veuve
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel   Lun 9 Mai - 11:47

Wilkommen très cher ! J'aime beaucoup ton vava et j'ai hâte de lire l'histoire de ce petit Wilhelm ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ingrid Lorre
◆ Ordonnance ◆



Féminin


■ topics : OUVERTS
■ mes posts : 281
■ avatar : Julianne Moore
■ profession : Responsable du groupe culture de la Propaganda

PAPIERS !
■ religion: Protestante
■ situation amoureuse: Mariée (malheureusement) à Maximilian Lorre
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel   Lun 9 Mai - 13:16

J'ai l'intuition d'avoir vu Amalric récemment sur un écran mais je suis incapable de me rappeler dans quel film, c'est frustrant
Bref.

Bienvenue ! J'approuve également vivement ce choix de PV, on va pouvoir faire de grandes fiestas dans les locaux de la Propaganda gnhehe /sort
En tout cas j'ai hâte de lire l'histoire qui s'annonce super intéressante

₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪
    None are more hopelessly enslaved than those who falsely believe they are free. Hopefully I am the spirit that always denies.

#TeamEauDouce:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité




MessageSujet: Re: "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel   Lun 9 Mai - 19:53

Ah Amalric!! Il colle tellement bien à Wilhelm en fait, limite mieux que Jon Hamm XD Excellent choix!! En plus ce Pv est très intéressant, j'espère que tu t'amuseras bien avec!

Bienvenue en tout cas et n'hésite surtout pas à me MPotter, moi ou une de mes co-berniques en chef, pour tout et n'importe quoi, nous acceptons le harcèlement gnhehe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wilhelm Feigel
✗ Clandestin



Féminin

■ topics : FERMÉS
■ mes posts : 234
■ avatar : Mathieu Amalric
■ profession : Directeur de la Continental Films et responsable de la Propagande cinéma

PAPIERS !
■ religion: Protestant par naissance et par habitude
■ situation amoureuse: Officiellement célibataire, officieusement pas insensible aux jolis minois de tous bords...
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel   Lun 9 Mai - 22:39

@Edouard Cabanel a écrit:

Tu es en deuxième année de prépa 8D ? (oui l'ancienne prépateuse que je suis se réveille de temps en temps, rien de grave mdr ).

Huhuhu, on les reconnaît facilement, les anciens khâgneux, et une fois sur deux ils se dénoncent tous seuls... ;D Toujours ravie de trouver de lointains collègues sur mon chemin. Bon, l'année est bientôt finie, on a passé les écrits...

Sinon, merci pour l'accueil ! Ingrid, avant toute fiesta à la Propaganda, je crois qu'il va nous falloir un lien =P Ce sera avec plaisir d'ailleurs bounce (on pourra chanter Die Wacht am Rhein en buvant plein de bière dance /sort)

Je réfléchis à mon histoire, j'ai établi une 'tite chrono, mais bon, je risque de faire ça par petits bouts et au feeling dans la semaine :3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wilhelm Feigel
✗ Clandestin



Féminin

■ topics : FERMÉS
■ mes posts : 234
■ avatar : Mathieu Amalric
■ profession : Directeur de la Continental Films et responsable de la Propagande cinéma

PAPIERS !
■ religion: Protestant par naissance et par habitude
■ situation amoureuse: Officiellement célibataire, officieusement pas insensible aux jolis minois de tous bords...
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel   Lun 16 Mai - 22:40

Je me permets un double post parce que mon dernier message date quand même d'une semaine, je voulais donner des nouvelles :D

J'avance, je suis en 1933 ! Mais ça va un peu plus lentement que prévu, disons que j'ai surestimé mon temps libre :,) J'essaye de finir ça dans la semaine !


₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪

Il faut porter en soi le chaos pour engendrer une étoile qui danse - Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hélène Perrin
◆ Soldat en goguette ◆



Féminin


■ mes posts : 88
■ avatar : Jennifer Lawrence (© tearsflight)
■ profession : étudiante en lettres, comédienne dans la troupe de l'Atelier, pompier volontaire, résistante et membre du Réveil. Ça ira ?

PAPIERS !
■ religion: catholique par défaut, pas le temps d'y penser.
■ situation amoureuse: célibataire par défaut également, si elle n'a plus le temps de prier ce n'est pas pour batifoler
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel   Mar 17 Mai - 0:56

Wilkommen Herr Feigel  mimi
Bon je ne pense pas qu'on devienne très bons amis ( imbecileheureux ) mais bon courage pour la suite de ta fiche quand même gnhehe

₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Edouard Cabanel
✗ Chef de réseau



Masculin

■ topics : OUVERTS
■ mes posts : 2246
■ avatar : Ryan Gosling
■ profession : Ambassadeur de Vichy à Paris

PAPIERS !
■ religion: Ne croit qu'à la politique. Dieu ? ça fait longtemps qu'il n'existe plus, non ?
■ situation amoureuse: Coincé dans un mariage malheureux avec Madeleine Claussat. Trop occupé à cause de son beau-père pour avoir le temps d'aller voir ailleurs.
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel   Mar 17 Mai - 12:21

Merci beaucoup pour les nouvelles, tu as bien fait de repasser par ici cuddle ! Il n'y a aucun problème pour t'accorder un délai supplémentaire de rédaction, en cette période compliquée, on est d'autant plus compréhensives gnhehe



Plein de courage pour la suite de la rédaction, j'ai hâte de te voir nous rejoindre

₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪


« On peut trouver du bonheur
même dans les endroits les plus sombres.
Il suffit de se souvenir
d’allumer la lumière »
J.K. Rowling © .bizzle


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wilhelm Feigel
✗ Clandestin



Féminin

■ topics : FERMÉS
■ mes posts : 234
■ avatar : Mathieu Amalric
■ profession : Directeur de la Continental Films et responsable de la Propagande cinéma

PAPIERS !
■ religion: Protestant par naissance et par habitude
■ situation amoureuse: Officiellement célibataire, officieusement pas insensible aux jolis minois de tous bords...
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel   Jeu 19 Mai - 23:27

Hello again !  revamp

Bon... je crois, je dis bien je crois, que j'ai mis le point final à mon histoire ! ;)
N'hésitez pas à me dire s'il manque quelque chose. J'ai fait assez sobre et factuel, je trouvais que ça s'y prêtait assez bien, quitte à se permettre davantage d'excentricité en RP laugh

₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪

Il faut porter en soi le chaos pour engendrer une étoile qui danse - Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elsa Auray
J'ai vu la mort se marrer et ramasser ce qu'il restait.



Féminin

■ topics : OUVERTS
■ mes posts : 5160
■ avatar : Rose Leslie
■ profession : Fausse étudiante, à la tête de la Brigade

PAPIERS !
■ religion: Juive, paraît-il, mais il y a bien longtemps que Dieu n'existe pas pour elle.
■ situation amoureuse: Définitivement de glace.
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel   Ven 20 Mai - 8:13

Cooooool ** !

J'ai hâte de lire ça \o/ On s'occupe de toi dans la journée ou plus probablement dans la soirée gnihi

₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪


« Gémir, pleurer, prier est également lâche.
Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
Dans la voie où le Sort a voulu t'appeler,
Puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler. »
Alfred de Vigny © .bizzle


team berniques d'eau douce:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elsa Auray
J'ai vu la mort se marrer et ramasser ce qu'il restait.



Féminin

■ topics : OUVERTS
■ mes posts : 5160
■ avatar : Rose Leslie
■ profession : Fausse étudiante, à la tête de la Brigade

PAPIERS !
■ religion: Juive, paraît-il, mais il y a bien longtemps que Dieu n'existe pas pour elle.
■ situation amoureuse: Définitivement de glace.
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel   Ven 20 Mai - 22:05

Bonsoir ! gnhehe

Me voilà pour m'occuper de toi ! 8D Alors d'entrée de jeu, je veux te dire que je suis super impressionnée par ta fiche Je ne sais pas si tu es juste super calée sur le cinéma ou si tu as fait plein de recherches, mais je suis impressionnée gaga ! C'est une fiche très sympa à lire en plus !
En fait, je pourrais presque te valider ça, la seule petite chose sur laquelle j'aimerais un complément, c'est la vie de Wilhelm à Paris depuis son arrivée. Un ou deux paragraphes pour voir comment il vit l'évolution de la situation à Paris comme sur le front par exemple ? Et qui te permettraient de de développer un poil plus ses liens joy

Voilà, c'est vraiment l'affaire de peu de choses et histoire de clarifier un peu la situation de Feigel face Après ça, je pourrai te valider sans problème

N'hésite pas si tu as la moindre question ! \o/

₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪


« Gémir, pleurer, prier est également lâche.
Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
Dans la voie où le Sort a voulu t'appeler,
Puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler. »
Alfred de Vigny © .bizzle


team berniques d'eau douce:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wilhelm Feigel
✗ Clandestin



Féminin

■ topics : FERMÉS
■ mes posts : 234
■ avatar : Mathieu Amalric
■ profession : Directeur de la Continental Films et responsable de la Propagande cinéma

PAPIERS !
■ religion: Protestant par naissance et par habitude
■ situation amoureuse: Officiellement célibataire, officieusement pas insensible aux jolis minois de tous bords...
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel   Sam 21 Mai - 0:10

Bonsoir !  happy
Merci beaucoup de m'avoir lue =) pour les éléments d'histoire du ciné, disons que ça fait partie de mes études, j'ai fait pas mal d'histoire du cinéma, et comme je me dirige vers ce domaine... j'ai flashé assez naturellement sur le duo Wilhelm/Agnès :3
Bon, bien sûr, j'ai refait quelques micro-recherches sur notre encyclopédie en ligne préférée, histoire de retrouver quels films pouvaient correspondre avec les étapes de la vie du personnage en terme de dates  cool

C'est vrai que je suis restée quelque peu allusive sur la situation actuelle du personnage, pensant le clarifier en RP. J'ai donc rajouté quelques petits éléments, notamment à partir de "Feigel prit ses quartiers dans les bureaux de la Propaganda Abteilung...", puis quelques mots dans le dernier paragraphe sur l'attentat des Champs Elysées ! J'ai introduit le lien avec Mathilde Coste que je n'avais pas citée auparavant. Je n'ai pas trop développé les autres, comme ils s'intégraient bien dans mon dernier paragraphe sous cette forme énumérative, je ne me voyais pas trop les développer ici...  roll Dis moi si tu préfères que je trouve un endroit où le faire, ou si je garde ça pour ma future fiche de liens  bounce

(gnaaah, les smileys sont trop sympathiques ici fair )

₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪

Il faut porter en soi le chaos pour engendrer une étoile qui danse - Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elsa Auray
J'ai vu la mort se marrer et ramasser ce qu'il restait.



Féminin

■ topics : OUVERTS
■ mes posts : 5160
■ avatar : Rose Leslie
■ profession : Fausse étudiante, à la tête de la Brigade

PAPIERS !
■ religion: Juive, paraît-il, mais il y a bien longtemps que Dieu n'existe pas pour elle.
■ situation amoureuse: Définitivement de glace.
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel   Sam 21 Mai - 12:08

En tout cas, je suis impressionnée, voilà C'est cool d'avoir quelqu'un de passionné par la question pour jouer Wilhelm

En tout cas tes modifications me vont ! Je compte sur toi pour développer tout ça en rp et dans ta fiche de liens en effet joy Je te valide donc de ce pas  - et j'espère qu'on arrivera à se trouver des liens ! \o/



Toutes mes félicitations, ta fiche a su toucher le cœur de nos berniques en chef, tu es à présent VALIDÉ. Le sort t'a désigné pour rejoindre l'équipe des berniques d'eau douce/de la mer : tu trouveras toutes les explications à notre battle épique des berniques en cliquant ici. Sauras-tu faire gagner ton équipe ?

Mais l'aventure ne fait que commencer ! Merci de venir réserver ton avatar afin d'être sûr de pouvoir le conserver et de te recenser dans les registres de notre préfecture du forum, étape indispensable si tu ne veux pas qu'il t'arrive tes ennuis ! Tu dois tout d'abord te faire ajouter à la liste des membres et de leurs DC ainsi que dans le who's who des Allemands si tu es concerné.

Cette première étape achevée, tu peux désormais te lancer dans le jeu ! Mais pour t'éviter tout problème, nous avons quelques parachutes de secours : tu peux te faire des amis (ou toute autre connaissance car tout bon Parisien doit avoir un carnet d'adresses bien rempli) ainsi que remplir une petite bibliothèque pour ne pas te perdre dans les dizaines de rp que tu ne manqueras pas d'ouvrir ! Et si tu souhaites des idées de rp, n'oublie pas que tu peux aller consulter la partie top-secrète des complots.

Tu ne connais pas très bien Paris et tu es perdu dans nos rues ? N'hésite pas à consulter le petit guide de Paris qui t'accompagne où que tu ailles.

Nous te rappelons que tu peux solliciter les berniques en chef pour obtenir un rang et un logement à  partir de 100 messages.

Allez, il ne te reste plus qu'à venir nous faire un petit coucou dans le flood ou sur Facebook ! En ce moment, sur le forum, une intrigue générale est en cours, après l'attentat manqué contre un officier allemand : des parisiens sont fait prisonniers, les autorités cherchent les coupables et les résistants traquent une taupe ! N'hésite pas à en prendre connaissance et à t'inscrire pour y participer! Dans ce contexte, deux intrigues générales sont en cours, tu trouveras les explications ici même !.

Bon jeu parmi nous  

₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪


« Gémir, pleurer, prier est également lâche.
Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
Dans la voie où le Sort a voulu t'appeler,
Puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler. »
Alfred de Vigny © .bizzle


team berniques d'eau douce:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wilhelm Feigel
✗ Clandestin



Féminin

■ topics : FERMÉS
■ mes posts : 234
■ avatar : Mathieu Amalric
■ profession : Directeur de la Continental Films et responsable de la Propagande cinéma

PAPIERS !
■ religion: Protestant par naissance et par habitude
■ situation amoureuse: Officiellement célibataire, officieusement pas insensible aux jolis minois de tous bords...
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel   Sam 21 Mai - 12:27

ammu Yihaaah ! Merci beaucoup :D
Je vais vite aller explorer les alentours (ma journée de boulot est fichue^^ glomp )

₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪

Il faut porter en soi le chaos pour engendrer une étoile qui danse - Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "Es giebt gar keine moralischen Phänomene..." - Wilhelm Feigel
» Vade-mecum de Wilhelm Feigel
» Le cri Wilhelm
» Scène de ménage légendaire (pv: wilhelm)
» Massive destruction [KEINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
y e l l o w . TRICYCLE ::  :: « Montrez vos papiers » :: « Bon travail »-