Partagez | .
 

 Quand Lola entre en scène

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fedora Cavalli
✗ Parachuté



Féminin

■ mes posts : 18
■ avatar : Helena Bonham-Carter (by Schizophrenic)
■ profession : Chanteuse et danseuse au Paradis; une vraie diva j'te jure.

MessageSujet: Quand Lola entre en scène   Ven 30 Juin - 17:30


Fedora "Lola" Cavalli
Helena Bonham Carter



Etat-civil
♠ Groupe : Parisiens
Fedora est pourtant italienne de naissance; une fois arrivée en France, elle n'est pas restée assez longtemps à Grenoble avec eux pour bénéficier de la demande de naturalisation qu'ils ont ensuite faite pour eux-mêmes.
♠ Âge du personnage
39 ans
♠ Nationalité
Italienne
♠ Statut
Officiellement célibataire; se lance officieusement dans quelques aventures sentimentales sans lendemain. Bisexuelle; mère d'une fille de 12 ans.
♠ Religion
Athée, sans doute en réaction au catholicisme profond de sa mère et de son pays d'origine.
♠ Profession
Chanteuse et danseuse vedette au Paradis.


Interrogatoire

♠ A-t-il des manies ou des tics ?
Lola, elle jaspine l'argot, et donc elle baragouine quelques mots tous droits venus des titis parisiens, des expressions qui reviennent à longueur de temps; ah, ce ne sont pas les Parisiens du quartier latin qui en pigeraient un mot, et les Boches encore moins. Ils n'entravent pas un mot de ce charabia là !
♠ Son livre préféré ?
Fedora n'a reçu qu'une éducation minimale en Italie, où elle a commencé très jeune à travailler. Elle n'a donc jamais vraiment lu, en dehors de quelques romans sentimentaux à la mode durant son adolescence. La jeune femme était bien davantage attirée par les chansons diffusées à la radio. Quand elle a appris le français après avoir quitté son pays, elle a en même temps fini par découvrir le théâtre au bras d'un Parisien qui l'emmena voir des représentations de pièces de Molière ou de Racine. Fedora découvra donc cette littérature non comme lectrice, mais comme spectatrice fascinée par la sonorité de la langue. Après s'être rêvée un temps tragédienne déclamant du Corneille sur les scènes parisiennes, Fedora garda finalement de la Bérénice de Racine quelques vers, quelques mots qui lui reviennent de temps à autre en mémoire...
♠ Son lieu préféré dans Paris ?
En dehors du Paradis, vous voulez dire? Car la chanteuse entretient un lien fusionnel avec son lieu de travail, ce cabaret qui a fait d'elle la diva qu'elle est aujourd'hui. Même si ce succès est factice et que, loin d'être devenue l'actrice tragique dont elle a pu rêver, elle n'est que chanteuse de cabaret... En dehors du Paradis toutefois, Fedora a une grande affection pour le quartier environnant. Montmartre est pour elle une bulle où elle semble se sentir dans son élément...
♠ Aime-t-il sortir et où ?
Pour la chanteuse Lola, chaque nuit est déjà une sortie. Et une sortie bien épuisante, car après tout, c'est elle qui mène la danse ! Fedora chante la nuit et dort le jour. Elle n'a pas vraiment de loisir de faire plus que cela.
♠ Comment vit-il les restrictions et les privations ?
L'Occupation et le rationnement auraient pu n'être qu'une continuation de la vie difficile que Fedora, fille d'immigrés italiens, avait vécue jusque là. Mais son travail au Paradis avait commencé à lui assurer un train de vie décent jusqu'à ce que l'Occupation débute, et Fedora, dans un premier temps, a mal vécu le fait de se sentir revenir au point de départ, d'autant qu'elle devait s'occuper de sa fille Maria. Elle a repris ce combat quotidien: trouver chaque jour les denrées souhaitées, tenter de ne manquer de rien d'essentiel. Fedora relève le défi avec constance et résignation, même si elle supporte mal l'idée que des choses si simples comme le café ou le tabac soient devenus un luxe. Luxe qui ne lui est pas inaccessible, cependant: car sa popularité auprès des Allemands du Paradis lui assure l'arrivée régulière de petits cadeaux très appréciées par leur destinataire...
♠ Son avis sur les Allemands et l'occupation ?
C'est à cause d'eux que l'on a à supporter tant de privations. L'ennemi héréditaire de la nation. En même temps alliés de son Italie natale. Avec tout ça, Fedora ne sait plus qu'en penser. Et il faut bien admettre que la dame s'est trouvée parfois sensible au charme de l'uniforme. D'autant qu'il faut l'avouer, se trouver dans les bonnes grâces de certains "Schleus" peut signifier quelques avantages matériels non négligeables. A ceux qui ne lui plaisent pas, Fedora ne cède pas, tout en veillant à ne vexer personne. Elle s'estime libre de ses choix et ne manque pas de l'affirmer. Bref, la chanteuse s'arrange comme elle le peut avec la situation présente; la vie continue, et le spectacle aussi.
♠ Son avis sur les juifs ?
Fedora a grandi environnée d'un certain antisémitisme malgré l'absence d'une communauté juive dans le village piémontais où ses parents travaillaient. L'ancrage très fort du catholicisme dans ces régions rurales avait pour conséquence la mise à l'écart de ces communautés dans les villes les plus proches. Fedora a commencé à par rejeter ces préjugés en même temps que la foi catholique que lui avait transmise sa famille; demeure toutefois en elle le sentiment d'une différence indépassable des populations juives vis-à-vis des Italiens comme des Français. N'ayant pas fréquenté ces populations, elle imagine des communautés fermées, religieuses et conservatrices. Pas d'antisémitisme réel chez Fedora, mais quelques préjugés demeurent, et le discours officiel de Vichy est loin de l'aider à se faire une opinion sur le sujet...
♠ Son avis sur les festivités organisées par les Allemands ?
"Wunderschön", se plait-elle à commenter en battant des cils en direction de l'Allemand qui daigne lui demander son avis à ce propos. Fedora profite comme elle peut de ces festivités. Bien sûr, tout cela ne vaut pas ce que le Paradis peut offrir à la nuit tombée...
♠ Son avis sur le gouvernement de Vichy et la politique de collaboration ?
Fedora déploie des trésors d'ingéniosité et d'ingénuité pour fermer les yeux sur tout ce qui aurait pu heurter son sens de la justice dans cette politique de collaboration. Elle déteste les tracasseries administratives imposées par Vichy, mais est très loin de rejeter le principe même d'une collaboration avec l'ennemi. Pour elle, il s'agit de continuer à vivre en s'accommodant de la situation; et elle comprend que la France, son pays d'adoption, souhaite en faire de même, quoi que cela puisse impliquer.


Qui suis-je ?

☆ Prénom/Pseudo ?
Naïde/Coupie
☆ Âge ?
20 ans
☆ Etudes/Métier ?
En fin de prépa (YEAH, c'est fini la Khâgne, à moi la dolce vita !!)
☆ Où as-tu connu YT ?
Je ne sais plus.... ça fait 1 an déjà :D
☆ Un truc à nous dire ?
Plop :)




Dernière édition par Fedora Cavalli le Mar 4 Juil - 0:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fedora Cavalli
✗ Parachuté



Féminin

■ mes posts : 18
■ avatar : Helena Bonham-Carter (by Schizophrenic)
■ profession : Chanteuse et danseuse au Paradis; une vraie diva j'te jure.

MessageSujet: Re: Quand Lola entre en scène   Ven 30 Juin - 17:31




Biographie
Ecrire mes mémoires ? Ben quelle idée !




« Allons, bébé, sois pas si timide ! J’le vois bien, que tu crèves d’envie de m’questionner sur d’où j’viens ! Vas-y, demande donc, j’vais pas te manger ! 

- C’est que je viens de de raconter ma vie, je t’ai parlé de ma famille, de mon pays, de l’armée… Mais toi, Lola, tu restes toujours aussi mystérieuse. C’est bien italien, ton accent ? »

L’Allemand est assis dans le lit, appuyé contre le mur. Il ne porte qu’une chemise blanche ouverte. L’Italienne est couchée à côté de lui, entièrement nue sous les draps. Elle s’est redressée sur un coude, la tête appuyée sur sa main, et regarde le jeune homme d’un air rieur.

« Et comment que c’est Italien ! Tu sais que je t’aime bien ? C’est pour ça que j’vais te raconter un peu ça depuis le début… »

Elle s’assied à côté de son amant d’un soir, prend sa main et se met à jouer avec, machinalement. Et elle raconte.

Elle raconte d’abord son enfance dans le Piémont, à l’aube du vingtième siècle, dans une famille de petits agriculteurs. Des parents pauvres, qui n’étaient pas propriétaires des terres sur lesquels ils travaillaient. Fedora est l’aînée d’une fratrie de plusieurs enfants.

« Lucia, tu pourras t’occuper de tes frères et soeurs pendant la journée, demain ? »

Lucia, c’est le surnom affectueux que donne Giorgia Cavalli à sa fille. Lucia comme « luce », la lumière. Giorgia est très pieuse, et très occupée par son travail également, tout comme son mari. La petite fille quitte l’école très tôt, peu après ses dix ans. Elle sait tout juste lire, et reste à la maison pour s’occuper des derniers nés. Les journées y sont longues. A la radio, elle écoute des chansons populaires italiennes. Elle fredonne, et chante, parfois. Lorsqu’elle est sûre d’être seule. Mais cette proximité familiale la pèse. Quelques années plus tard, lorsque l’une de ses soeurs est suffisamment âgée pour prendre son relais en tant que nourrice, Fedora insiste pour travailler. Elle devient serveuse dans le seul café du village avoisinant. La jeune fille triste et discrète qu’elle était prend de l’assurance et retrouve un peu de joie de vivre.

Mais ce quotidien rude est de moins en moins acceptable aux yeux de son père, qui finit par concevoir le projet de quitter le pays. Giorgia Cavalli est attachée à cette région où elle a ses racines. Le changement lui fait peur. Mais elle craint plus encore de contredire son mari. Elle accepte donc sans mot dire. Leurs enfants les accompagnent. Elle propose à sa Lucia d’en faire autant. Sans savoir vraiment pourquoi, celle-ci accepte. La France l’appelle; elle espère y trouver plus de vie, plus d’opulence que dans son Piémont natal.

« En France ? » s’amuse le Lieutenant. « Tu es vraiment heureuse ici ?
- Tatata. Si tu m’laisse pas raconter, comment veux-tu y comprendre quelque chose? »

Fedora raconte sa jeunesse en France où elle émigre avec les Cavalli. Nous sommes en 1921; elle a alors 18 ans. La famille s’installe à Grenoble et y rejoint une communauté déjà constituée d’ouvriers Italiens. Fedora reste avec eux pendant trois ans. Elle demeure longtemps sans emploi; avant de trouver une place d’ouvrière dans une usine de textile. Mais Fedora est jeune et elle se prend à rêver à la capitale.

« A Paris ? Hors de question, ma Lucia ! Comment veux-tu mener une vie convenable et te marier, si tu t’éloignes à ce point de nous ? »

L’inquiétude se lit sur le visage déjà âgé de Giorgia. Sa fille ainée est sur le point de déroger au plan qui était déjà prévu pour elle à sa naissance. Elle devait aider au domicile familial jusqu’à sa majorité, trouver un emploi respectable et un mari convenable avec qui elle se marierait religieusement. Mais cet avenir de mère de famille est loin de séduire la jeune femme à la personnalité de plus en plus affirmée. Sa relation avec ses parents se fait conflictuelle. Fedora n’hésite plus à blasphémer pour faire réagir sa mère.

« Une vraie grenouille de bénitier, celle-là, tu l’aurais vue ! Je l’adore, ma mère. Mais bon… tu vois bien. »

Le lieutenant acquiesce. Sa propre relation avec sa famille en Allemagne est loin d’être tout à fait pacifiée.

« Et Paris ?
Paris… »

Le regard de la chanteuse se perd dans le vague. Et elle continue son récit. Elle raconte Paris. Paris, qui est loin de l’avoir accueillie à bras ouvert comme elle s’y attendait en arrivant. C’est que la vie n’y est pas plus facile, d’autant qu’elle peine à maîtriser la langue de Molière; Fedora alterne périodes de chômage et petits boulots divers à l’Est de Paris, quand elle ne parvient pas à trouver un poste de serveuse dans la capitale. Lorsque la chance ne lui sourit pas, elle retrouve ces usines textiles telles qu’elle les a connues à Grenoble. Immenses et effrayantes. C’est dans ce genre d’usines que ses frères ont acquis cette conscience de classe, cet esprit révolutionnaire qui ne l’ont jamais gagnée, elle, l’aînée. Elle a toujours eu l’impression de se battre pour vivre. Mais ce combat est individuel. Elle trouve du réconfort dans les cabarets bons marchés qu’elle fréquente, employée ça et là comme serveuse, et dans les bras de ses premiers amants. Elle se découvre un goût pour le badinage faussement mondain et la séduction, dans cet univers nocturne qui se trouve être l’exact antithèse de l’austérité de son environnement familial. Ce monde de fête et de stupre, pour elle, c’est la liberté. Ses premières années à Paris sont des années d’errance. Ses longues journées de travail sont des nuits sans lune; ses sorties nocturnes, des rêves éveillés. Elle découvre la compagnie des fêtards et les effets de l’alcool. Quand elle ne sort pas elle qu’elle se retrouve seule dans sa chambre de bonne, elle imite les chanteuses et danseuses qu’elle a admiré la veille.

« Et maintenant, ce qui t’intéresse, bébé, c’est de savoir comment j’ai pu passer de ces gourbis-là au luxe du Paradis, hein ? minute ! j’y viens… »

Fedora raconte comment, au cours de l’une de ses sorties, elle rencontre cet homme, d’abord discret, puis incontestablement bon vivant: Eugène Manseau. Elle ne sait pas qu’il vient de fonder un luxueux cabaret et que celui-ci sera amené à prospérer; toujours est-il qu’ils se revoient plusieurs fois. De seize ans son aîné, cet homme à un charme difficile à expliquer. L’Italienne entre dans ses bonnes grâces et finit par se voir proposer un emploi de serveuse au Paradis, qu’elle accepte aussitôt. Elle sait qu’elle y sera dans son élément. A la fin des années 1920, le cabaret de Manseau ne connait pas la crise. Fedora y joue pendant un peu plus d’un an ce rôle de serveuse.

Puis, elle raconte au Lieutenant comment elle sut saisir sa chance. Un soir, l’une des danseuses est souffrante et ne peut monter sur scène. Fedora se propose aussitôt pour la remplacer. Ces arrangements se font de plus en plus courants, et la jeune femme persévère. Elle commence à s’entraîner nuit et jour et se voit accorder des rôles de plus en plus importants dans les revues. D’abord simple danseuse, puis choriste, elle finit par se voir accorder des numéros en trio, puis en duo; parfois, un rôle de soliste.

« Fedora, ça fait trop sérieux. On ne te l’a jamais dit ? Comment pourrais-tu t’appeler ? …tiens… Lola ! Comme Lola Montez ! ça te va ? Mais oui, j’en suis sûr. Ici, tu seras Lola. »

C’est ce que lui avait dit Eugène avant son premier numéro en soliste. Désormais, Fedora danse; elle chante, et elle s’appelle Lola. Lola Lucia. C’est ce qu’elle annonce d’une voix tonitruante lorsqu’elle monte sur scène. Et Lola, elle grandit. Au Paradis, elle est chez elle; elle se sent dans son élément. Elle y découvre sa bisexualité au bras de danseuses ou de belles clientes, et finit par incarner, aux yeux des artistes plus jeunes et d’une partie de son public, l’image d’une femme libre au fort caractère, qui boit et fume plus que de raison et s’exprime dans un français argotique avec un accent italien prononcé.

« Que dire de plus ? C’est notre Lola, » s’exclame l’Allemand qui commence à retrouver celle qu’il connait dans le récit de sa vie.

Mais Lola continue. Car son histoire n’est pas terminée. Ses idylles avec des clients du Paradis sont notoires; elle sait elle-même en rire. Oh, Lola ne passe pas la nuit avec n’importe qui; elle choisit ses conquêtes avec soin. Mais elle a de l’amour à revendre. Quelques années après son arrivée au Paradis, elle eut à en subir les conséquences: elle tombe alors enceinte pour la première fois. Elle est d’abord très affectée par cette grossesse. Pourtant, quand nait la petite Rosa, c’est sans difficulté que Fedora lui fait une place dans son coeur; sa fille devient même ce qu’elle a de plus cher. Deux ans après sa naissance, Fedora tombe à nouveau enceinte, mais cette nouvelle grossesse n’aboutit qu’à une fausse couche. L’événement est douloureux pour Fedora tout en étant un soulagement: la crainte d’être une mauvaise mère la hante, surtout lorsqu’elle prend conscience du fait qu’en tant qu’étrangère, sa fille unique ne pourra pas bénéficier de la scolarité gratuite. Fedora essaie de l’éduquer comme elle peut, tout en étant consciente de ses insuffisances dans ce domaine, et en en souffrant beaucoup.

« Mais Lola… tu parles d’avant la guerre. Que s’est-il passé après ? »

Le Lieutenant le demande timidement. La question est peu prudente, de la part d’un Allemand. Alors Fedora raconte les débuts de la guerre. Au début, rien n’a changé, ou presque. Mais il a fallu vivre dans la peur: peur que l’Europe revive le cauchemar de la Grande Guerre dont l’Italienne gardait un souvenir confus. Et peur que tout change. Mais pourtant, rien ne change. Du moins du début. Fedora se sent tiraillée entre l’allégeance prêtée par son pays natal aux Allemands, et son appartenance désormais affirmée à la France, son pays d’adoption. Où va sa loyauté ? L’annonce de la capitulation lui fait donc l’effet d’une conciliation bienvenue et bénéfique, qui lui ôte le malaise du doute. Puis arrivent les premiers Allemands à Paris. L’Occupation a bien changé certaines choses, bien sûr, à commencer par le public du Paradis, où la proportion d’Allemands se fait de plus en plus importante. Fedora tâche de faire comme si rien n’avait changé. Elle se questionne, bien sûr. Mais Lola est toujours là, et plus forte que jamais en apparence: son numéro est le clou de certaines soirées, elle apprend à chanter en Allemand pour le plus grand plaisir de son public et connait le succès auprès de certains, sur qui elle exerce une indéniable fascination. Alors que la pression du rationnement se fait plus difficile à supporter et qu’il est plus impossible que jamais que Rosa profite un jour de l’école républicaine, Fedora érige un mur de cynisme entre sa conscience pure et ses doutes naissants. Ce mur, c’est peut-être Lola. Lola, qui accepte de fréquenter des soldats et dignitaires Allemands tout en sachant pertinemment qu’elle a des frères communistes et que certains de ses amis ne font pas preuve de la même indifférence qu’elle à l’égard de la politique, et qu’ils semblent d’ailleurs plus engagés qu’ils ne veulent bien l’admettre en public. Tout cela, Fedora ne le dit pas au Lieutenant. Mais elle le pense bien fort. Ses doutes se font de plus en plus nets; mais pourtant, tout ce que Lola souhaite, c’est poursuivre son existence à la fois folle et bien rythmée, entre Rosa et le Paradis. Combien de temps cela pourra-t-il continuer ? Nul ne le sait. Mais le spectacle continue, et Lola se ressert un verre de whisky bon marché en souriant à son amant.




Dernière édition par Fedora Cavalli le Mer 5 Juil - 0:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elsa Auray
J'ai vu la mort se marrer et ramasser ce qu'il restait.



Féminin

■ topics : OUVERTS
■ mes posts : 5207
■ avatar : Rose Leslie
■ profession : Fausse étudiante, à la tête de la Brigade

PAPIERS !
■ religion: Juive, paraît-il, mais il y a bien longtemps que Dieu n'existe pas pour elle.
■ situation amoureuse: Définitivement de glace.
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: Quand Lola entre en scène   Ven 30 Juin - 19:42

Et la voilààààà notre diva italienne dance

Bienvenue pour la deuxième fois sur Yellow alors C'est trop cool de te voir débarquer avec cette nouvelle personnalité, j'ai hâte dans lire plus gaga (et HBC quoi \o/)

Bref si tu as besoin de quoi que ce soit : tu connais la maison face En attendant bon courage pour l'écriture gnihi

₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪


« Gémir, pleurer, prier est également lâche.
Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
Dans la voie où le Sort a voulu t'appeler,
Puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler. »
Alfred de Vigny ©️ .bizzle


team berniques d'eau douce:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jules Dumas
✗ Distributeur de tracts




■ topics : OUVERTS
■ mes posts : 111
■ avatar : Matt Smith
■ profession : Serveur au Paradis

PAPIERS !
■ religion: Catholique par habitude
■ situation amoureuse: En théorie fiancé, en pratique plus proche du célibat
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: Quand Lola entre en scène   Sam 1 Juil - 16:28

Rebienvenue :DD Le cabaret se rempli, c'est magnifique En plus avec toi on est déjà sûr que ce personnage va être top ! En tout cas j'ai hâte de lire la suite gaga
(et il faudra bien sûr qu'on papote lien à l'occasion )

₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪

+ Fun It
Everybody in the morning should do a good turn all right; Everybody in the night time should have a good time all night. © caius
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fedora Cavalli
✗ Parachuté



Féminin

■ mes posts : 18
■ avatar : Helena Bonham-Carter (by Schizophrenic)
■ profession : Chanteuse et danseuse au Paradis; une vraie diva j'te jure.

MessageSujet: Re: Quand Lola entre en scène   Dim 2 Juil - 0:00

Merci à vous deeeeux !! :D
Jules: Oui, on rempli le Paradis blowkiss  en même temps, les cabarets c'est trop chouette pour RP, ce serait triste de ne pas investir ce lieu là. Maintenant, je me mets à croiser les doigts pour qu'on ait un Eugène, une Inès ou une Claire bounce  (Invité, si tu me lis, vieeeens ! bouche bave <-- hihi je vais leur faire peur *sort) !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peter Rosewood
✗ Parachuté




■ topics : OUVERTS
■ mes posts : 32
■ avatar : Michael Fassbender
■ profession : Chef de réseau SOE - Serveur sous couverture

PAPIERS !
■ religion: agnostique
■ situation amoureuse: célibataire
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: Quand Lola entre en scène   Dim 2 Juil - 10:20

Oh Helena Bonham Carter en danseuse de cabaret
Rebienvenue sous ce visage !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fedora Cavalli
✗ Parachuté



Féminin

■ mes posts : 18
■ avatar : Helena Bonham-Carter (by Schizophrenic)
■ profession : Chanteuse et danseuse au Paradis; une vraie diva j'te jure.

MessageSujet: Re: Quand Lola entre en scène   Mar 4 Juil - 0:19

Merci :D
Allez, plus que l'Histoire (le gros morceau, en fait ^^').

₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪
the show must go on
Tu es la première femme du premier jour de la Création du monde. Tu es la mère, la soeur, l'amante, tu es le diable et tu es l'ange. Tu es la halte, le refuge dans la tempête, tu es si belle. ⚡️ la dolce vita
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Simone Gauthier
✗ Parachuté



Féminin


■ topics : OUVERTS
■ mes posts : 38
■ avatar : Natalie Dormer
■ profession : Espionne

PAPIERS !
■ religion: De tradition catholique mais ne pouvant se qualifier de religieuse, Simone se dit agnostique.
■ situation amoureuse: Célibataire et repoussant toujours le mariage.
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: Quand Lola entre en scène   Mar 4 Juil - 21:28

Rebienvenue sous ce visage (Helena je suis en amour ; surtout que je viens de revoir Fight Club pour la 100ème fois gaga )
Trop contente de voir du monde au cabaret, c'est Simone qui va être contente ;)

₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪

east of the sun @shadowplay
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fedora Cavalli
✗ Parachuté



Féminin

■ mes posts : 18
■ avatar : Helena Bonham-Carter (by Schizophrenic)
■ profession : Chanteuse et danseuse au Paradis; une vraie diva j'te jure.

MessageSujet: Re: Quand Lola entre en scène   Mer 5 Juil - 1:01

Oui, je sais que je vais m'amuser avec Lola ! gaga
Merci Simone, d'ailleurs un lien va s'imposer dance

Et d'ailleurs, je crois que j'ai fini ma fiche glomp c'était sympa à écrire, l'histoire de ma Lola blowkiss
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elsa Auray
J'ai vu la mort se marrer et ramasser ce qu'il restait.



Féminin

■ topics : OUVERTS
■ mes posts : 5207
■ avatar : Rose Leslie
■ profession : Fausse étudiante, à la tête de la Brigade

PAPIERS !
■ religion: Juive, paraît-il, mais il y a bien longtemps que Dieu n'existe pas pour elle.
■ situation amoureuse: Définitivement de glace.
■ avis à la population:

MessageSujet: Re: Quand Lola entre en scène   Jeu 6 Juil - 15:02

Salut toi cutevil

Je suis désolée d'avoir un peu tardé pour passer par ici, du coup je profite d'un moment sans boulot de grosse flemme au bureau pour m'occuper de toi - ce qui est quand même vachement plus sympa que de rédiger un bilan gnhehe
BREF. Une fois encore, ça a été un plaisir de te lire, et je suis très convaincue que tu vas faire de grandes choses avec cette chère Fedora ! Je n'ai rien à redire, ta fiche est vraiment chouette et tout y est \o/
Je te déclare donc pour la deuxième fois validée sur Yellow gaga N'oublie pas de remplir la partie "PAPIERS" de ton profil, ceci dit face

Et à très bientôt pour des liens j'espère gnihi



Toutes mes félicitations, ta fiche a su toucher le cœur de nos berniques en chef, tu es à présent VALIDÉ. Le sort t'a désigné pour rejoindre l'équipe des berniques de la mer : tu trouveras toutes les explications à notre battle épique des berniques en cliquant ici. Sauras-tu faire gagner ton équipe ?

Mais l'aventure ne fait que commencer ! Merci de venir réserver ton avatar afin d'être sûr de pouvoir le conserver et de te recenser dans les registres de notre préfecture du forum, étape indispensable si tu ne veux pas qu'il t'arrive tes ennuis ! Tu dois tout d'abord te faire ajouter à la liste des membres et de leurs DC ainsi que dans le who's who des Allemands ou le who's who des résistants si tu es concerné.

Cette première étape achevée, tu peux désormais te lancer dans le jeu ! Mais pour t'éviter tout problème, nous avons quelques parachutes de secours : tu peux te faire des amis (ou toute autre connaissance car tout bon Parisien doit avoir un carnet d'adresses bien rempli) ainsi que remplir une petite bibliothèque pour ne pas te perdre dans les dizaines de rp que tu ne manqueras pas d'ouvrir ! Et si tu souhaites des idées de rp, n'oublie pas que tu peux aller consulter la partie top-secrète des complots.

Tu ne connais pas très bien Paris et tu es perdu dans nos rues ? N'hésite pas à consulter le petit guide de Paris qui t'accompagne où que tu ailles.

Nous te rappelons que tu peux solliciter les berniques en chef pour obtenir un rang et un logement à partir de 100 messages.

Allez, il ne te reste plus qu'à venir nous faire un petit coucou dans le flood ou sur Facebook ! En ce moment, sur le forum, une intrigue générale est en cours, les Allemands ont décidé d'organiser quelques festivités ! N'hésite pas à en prendre connaissance !

Bon jeu parmi nous happy

₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪


« Gémir, pleurer, prier est également lâche.
Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
Dans la voie où le Sort a voulu t'appeler,
Puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler. »
Alfred de Vigny ©️ .bizzle


team berniques d'eau douce:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand Lola entre en scène   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand Lola entre en scène

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ros Timx entre en scène
» Miss Wellington entre en scène ♫
» Le pas-doué de service entre en scène ! o/
» L'ombre de la mort entre en scène
» Finn Andrew Greggson entre en scène ! - OK

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
y e l l o w . TRICYCLE ::  :: « Montrez vos papiers » :: « Bon travail »-