Partagez | .
 

 Un quiproquo à rendre parano. [JULES]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Simone Gauthier
✗ Parachuté



Féminin


■ topics : OUVERTS
■ mes posts : 33
■ avatar : Natalie Dormer
■ profession : Espionne

PAPIERS !
■ religion: De tradition catholique mais ne pouvant se qualifier de religieuse, Simone se dit agnostique.
■ situation amoureuse: Célibataire et repoussant toujours le mariage.
■ avis à la population:

MessageSujet: Un quiproquo à rendre parano. [JULES]   Jeu 6 Juil - 13:01

Tous les jeudi soirs depuis un mois et demi. Simone était-elle tombée sur la tête ? Vraisemblablement pas. Et pourtant, elle n'ignorait rien des risques qu'elle encourait à se glisser tous les jeudi soirs depuis un mois et demi dans l'ombre du Cabaret Au Paradis. Avant, elle ne s'autorisait ce plaisir qu'une fois tous les mois, voire tous les deux mois pour ne pas éveiller les soupçons des habitués des lieux. Mais était-ce le poids suffocant de la culpabilité, l'étau oppressant de ses mensonges ou l'étreinte malsaine du lieutenant Müller qui plongeaient Simone dans cette dépendance à l'amour ? Simone qui se réveillait seule dans les draps froids de sa mansarde parisienne ou dans les draps poisseux qu'elles partageait avec Mathias dont suintaient la cruauté, la vulgarité et la violence. Simone avait terriblement besoin d'amour. Dès le vendredi matin, elle ne pensait qu'à la semaine suivante alors elle pourrait apaiser ses lèvres brûlantes par un baiser langoureux et réchauffer son corps frissonnant par des caresses tendres. Alors tous les jeudi soirs depuis un mois et demi, Simone bravait tous les dangers pour goûter au plaisir inavouable de l'amour.

Bien sûr, elle était discrète, elle s'asseyait toujours à une table au coin de la scène, à l'abri des lumières tamisées, là où les hommes ne pouvaient pas la voir mais où elle pouvait voir les filles. Elle ne faisait pas le moindre bruit, n'applaudissait jamais à la fin du numéro et ne commandait rien au serveur. La jeune femme attendait sagement dans l'ombre, elle savait qu'elle ne perdait jamais rien à attendre. Car lorsque les lumières faiblissent et que la salle se vide, une fille magnifique vient la prendre par la main et l'emmener dans un petit salon derrière la scène. Alors Simone se laisse aller à l'amour et ne repart qu'à l'aube, le cœur suant de passion.

Mais bien sûr, rien ne pouvait être aussi simple que s'asseoir dans l'ombre, faire l'amour et repartir sans la moindre préoccupation. Ce qui tendait à préoccuper Simone ces derniers temps c'était ce serveur. Un gus qui semblait avoir la ferme intention de l'importuner. Il n'avait jamais fait attention à elle, à cette époque où elle ne venait au cabaret que très rarement et c'était pour le mieux. Mais depuis que ses visites se faisaient plus régulières, Simone sentait le regard lourd du garçon la fixer insistement, elle qui aurait préféré que personne ne la voie. Et depuis quelques temps, il semblait ne pas manquer une des visites de la jeune femme pour lui tourner autour, lui demandant sans cesse si tout allait pour le mieux, si elle désirait quelque chose à boire ou s'il pouvait faire quoi que ce soit pour elle. Ce à quoi elle répondait toujours grinçant entre ses deux pour ne pas se faire entendre de son interlocuteur "Que tu me foutes la paix.". La jeune femme ne savait pas bien cerner son petit jeu, à l'évidence il ne semblait pas très proches des autorités françaises et allemandes, fidèles clients du cabaret, qu'il ne semblait pas servir avec la plus grande amabilité. Mais alors bon sang, pourquoi ne pouvait-il pas cesser de l'embêter ? Dernièrement, le jeune garçon en était même venu à lui poser discrètement des questions visant à inquiéter la jeune femme, sous couvert professionnel toujours : "Vous attendez quelqu'un ?", "Etes-vous ici seule ?" ou encore "Ne souhaitez-vous pas vous joindre aux messieurs installés par ici ?" Pour Simone, il ne faisait aucun doute que le serveur voyait clair dans son manège seulement la jeune femme ne cessait de se demander pourquoi il ne l'avait pas dénoncé lui qui aurait pu le faire il y a belle lurette devant la belle clientèle du cabaret. Surement voulait-il quelque chose d'elle. De l'argent, cela ne faisait pratiquement pas le moindre doute dans l'esprit de Simone. Mais de l'argent, Simone en manquait, être informatrice ne payant pas beaucoup et ses romans ne lui rapportant pas un rond et aussi aisés, enfin ouverts d'esprit ses parents fussent-ils, la jeune femme savait qu'elle aurait du mal à leur présenter la situation pour demander de l'argent. Comment exactement pouvait-elle donc le faire taire ?

Jeudi, il était neuf heures. Un peu tôt certainement mais une longue nuit semblait attendre Simone. La jeune femme avait pris une résolution, ce soir elle ne laisserait pas ce rigolo de serveur l'importuner, elle lui ferait peur, elle le ferait taire, peut-être qu'elle le ferait même déguerpir de l'établissement ou prendre son jour de congé le jeudi. Simone était déterminée. Et alors, elle pourrait à nouveau ne plus se préoccuper que de l'amour et du désir qui enivreraient ses nuits dans la discrétion du cabaret parisien. Simone avait enfilé sa cape noire qu'elle portait toujours à l'occasion, même en été, pour disparaître comme une ombre dans la nuit. Il devait être neuf heures et quart quand elle poussa la porte du cabaret, il n'était pas très loin de sa mansarde au coin d'une rue passante de Montmartre. Moins d'une minute après qu'elle avait poussé la porte, Simone était assise à sa place habituelle, ne perdant plus une miette du spectacle des demoiselles qui dansaient et chantaient pour elle. Et elle déterminée, si on venait l'importuner, ce serait la dernière fois.

₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪

east of the sun @shadowplay
Revenir en haut Aller en bas
 

Un quiproquo à rendre parano. [JULES]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Briket Jules Walter yo ap fè chimen.
» Quiproquo et comedia del'arte [Milena°Gabriel]
» Jouer avec le feu, c'est rendre compte de ses brûlures.
» Demande de promotion de Jules Vayne
» Quiproquo {PV Katie}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
y e l l o w . TRICYCLE ::  :: « Paris Nord » :: « Cabaret Au Paradis »-